Première collection capsule avec Frédérique Vernillet

L’équipe MUES est fière de vous faire part de sa première collection capsule réalisée par l’illustratrice de talent Frédérique Vernillet. Ses créations aussi uniques qu’oniriques s’adressent à tous les amoureux du détail et aux fanas du motif léché. A l’occasion d’une exposition où vous pourrez admirer ses dessins, nous sommes allées lui demander de nous raconter son travail et notamment sa rencontre avec MUES Design.

MUES : Comment êtes vous devenue illustratrice? Quel est votre parcours?

Je dessine depuis toujours.
J’ai fais des études d’arts appliqués, de la création textile plus précisément.
En sortant de l’école j’ai travaillé avec des créateurs de bijoux et d’accessoires pendant quelques années, puis je me suis retrouvée presque par hasard assistante de production dans la publicité. C’était tellement loin de mes aspirations que ça m’a encouragée à me recentrer sur mon vrai désir: dessiner.
Faire ce que j’aime est devenu une nécessité, je me suis lancée il y a trois ans.

MUES : Quels sont vos inspirations? Par quel cheminement / Comment avez-vous défini
votre univers ?

Je pense que je m’inspire de ce qui m’entoure, de ce que je vois, de ce que je vis.
Une part d’inspiration vient forcément des souvenirs d’enfance. En disant ça je pense à une affiche qui était près de mon lit, et que je regardais avant de m’endormir, des têtes de hiboux sur un fond bleu nuit, avec des yeux perçants, jaune vif, à la fois fascinant et terrifiant… Aujourd’hui cette ambiguité m’obsède et se retrouve dans tout ce que je fais.
J’ai une manière de travailler assez spontanée. Les envies, l’inspiration, c’est assez instinctif. Je pense en image. J’ai une idée, je me lance.
C’est seulement au fil des années et des productions que mon univers s’est défini. A force d’obsessions à peine assumées, l’ensemble d’un travail trouve sa cohérence.

frédérique_vernillet

MUES : Entretenez-vous une relation particulière avec vos outils de création comme vos crayons?

Ok, là c’est le moment d’assumer mon côté weirdo…
Dans ma trousse j’ai une trentaine de stylos. Tous identiques en apparence. Mais tous différents en réalité. J’ai testé pas mal de marques. Les pointes sont toujours les mêmes, 005 (c’est assez fin), mais l’encrage est différent, et les niveaux d’usure varient en fonction de la qualité de la pointe et du grain du papier. Du coup je garde tous mes stylos, je les trie, je les classe, je mets des scotchs de couleurs dessus en fonction de leur degré d’usure. Les sensations sur le papier sont différentes, les valeurs de gris aussi, j’aime travailler avec des stylos neufs, des stylos usés, des stylos très usés… en fonction de l’effet souhaité.
Bref, c’est une vraie obsession.
J’ai trouvé un nouveau stylo, mon préféré pour l’instant, il est japonais, il s’appelle Neopiko-line-3. Il existe en 003 et en gris. Un grand bonheur pour moi.
Sinon je travaille la couleur avec des crayons, et de l’aquarelle.

MUES : Qu’est-ce qui vous a attiré dans la collaboration avec Mues Design?

La fraicheur du projet, et de ses instigatrices!
J’aime beaucoup le papier-peint. C’est un support d’expression génial; déjà par sa taille, puis par le challenge qu’il suggère: créer un motif suffisamment riche pour qu’on ait envie de se plonger dedans, et suffisamment facile pour qu’on ait envie de vivre avec.

MUES : Au cours de votre collaborations avec l’équipe Mues, quelles ont été les différentes étapes entre la naissance d’une idée et sa réalisation finale?

Le projet s’est mis en place de manière très simple. Les créatrices de Mues Design sont venues me voir en connaissant déjà mon travail et mon univers. Elles m’ont simplement dit ce qu’elle préféraient dans mes créations passées, et m’ont laissé carte blanche pour la suite.
J’ai donc pu faire une proposition très libre.

MUES : Quels sont vos projets à venir?

J’expose en ce moment à la galerie LJ, en compagnie d’autres dessinateurs et artistes, jusqu’au 9 avril.
Je viens de terminer un dessin pour le plafond d’une boutique, Roxan, 41 rue des Martyrs.
Les projets à venir sont encore secret pour l’instant…

MUES : Quel est votre « motif de Proust »?

Je parlais tout à l’heure du poster avec les hiboux.
Enfant j’aimais beaucoup le Douanier Rousseau aussi… des dessins très naïfs, et très noirs, avec en toile de fond la possibilité d’un rebondissement dramatique, sauvage. Tous les dessins dans lesquels l’imagination peut se perdre me fascinent.
Après j’aime aussi beaucoup les carrelages, très classiques, très simples; et dans la même veine les motifs arts déco.

Toute la collaboration MUES // Frédérique Vernillet est à découvrir, commandez en ligne sur www.mues-design.com

▽ Belle journée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :